Faire reconnaître et agir sur la condition de parent solo

Éducation et société

Événements dans la vie de famille

Partage des rôles et place de chacun

S'organiser au quotidien

Je suis...

2 Parent d'un petit enfant

3 Parent d'un enfant

4 Parent d'un adolescent

5 Parent d'un jeune adulte

35 parents étaient réunis à Beaupréau samedi 28 septembre dernier à l’occasion de la journée départementale « Parents Solos ? Parlons-en…. ». L’occasion de mettre en avant ce qu’est le quotidien d’un parent solo et de partager ressources, idées et rêves pour faciliter la vie des parents concernés.

Nos différents travaux sur le soutien à la parentalité, nous avait amenés, grâce à Frédéric Jésu* ou encore Laurent Sochard**, à nous interroger sur la notion de condition parentale qui permet de faire le lien avec les dimensions objectives de l’être parent : cadre de vie, quotidien, logement, économie… La notion de condition parentale évoque aussi les dimensions subjectives, affectives… qui déterminent la façon d’être parent. Parler de condition parentale permettrait, selon Frédéric Jésu, d’accompagner la parentalité en abordant des aspect plus opérationnels. Enfin, le terme de condition fait écho à un certain nombre d’autres combats (condition féminine, droits de l’enfant…) et en appel à développer le pouvoir d’agir sur cette condition.

Cette notion a pris pleinement son sens à l’occasion de la journée départementale « Parents Solos ? Parlons-en… ? » organisée dans le cadre du Réseau Parentalité 49, samedi 28 septembre dernier, à l’initiative de parents issus des groupes de parents solos de St Georges sur Loire (CSI l’Atelier), Beaupréau en Mauges (CS Evre et Mauges) et avec la participation de parents du groupe de St Léger sous Cholet (OCSIgène) et de Chemillé (CS de Chemillé).

Prendre en compte la condition de parent solo : c’est finalement ce que les 35 parents présents (venus d’horizons divers) ont exprimé haut et fort tout au long de cette journée.

Dans le monde du travail, tout d’abord. Être mère ou père seul avec ses enfants impose de fortes contraintes dans la gestion du quotidien. Les horaires de travail décalés et/ou les déplacements conséquents entrainent des incompatibilités avec les modes d’accueil existants. Ces difficultés contraignent certains parents à refuser un poste ou à quitter celui dans lequel ils étaient installés parfois de longue date. Pourtant, cela ne se joue parfois qu’à quelques minutes. Et que faire les jours ou les enfants sont malades et que l’entourage n’est pas présent ou pas disponible ? Les parents solos concernés comparent la gestion de leur quotidien à un numéro d’équilibriste. Heureusement, certains employeurs sont compréhensifs et quand l’activité le permet, proposent des aménagements dans les horaires de travail,… mais c’est loin de représenter une majorité. Le regard des collègues peut être parfois pesant également.

Au-delà des constats et des difficultés exprimées, les parents présents ne manquent pas d’idées et de nombreuses pistes ont été évoquées : mener une campagne de sensibilisation sur la monoparentalité auprès des syndicats salariés et employeurs, réclamer des journées enfants malades supplémentaires pour les parents solos, créer des structures des accueils des enfants à horaires atypiques, maintenir les aides pour la garde des enfants au-delà de 6 ans…

Nombre de parents témoignent également de la solitude dans laquelle peut conduire une rupture conjugale et le fait d’être seul à gérer le quotidien avec ses enfants. Beaucoup ont exprimé le besoin de lieux d’accueil, d’écoute et de rencontre, gratuits et accessibles. En ce sens les groupes de pairs, entre parents solos représentent une grande force pour ces parents qui y trouvent réconfort, bienveillance et peuvent y puiser des idées, de la ré-assurance.

L’idée des réseaux d’entraide locaux a été largement exprimée par tous les groupes qui ont réfléchi au cours de cette journée. En s’appuyant sur l’esprit des systèmes d’échanges locaux par exemple, les participants proposent de créer des réseaux locaux de confiance pour s’aider sur la garde des enfants notamment tôt le matin ou tard le soir, ou pour sortir, avoir une activité.

Beaucoup d’autres idées ont été partagée au cours de cette journée et la volonté de poursuivre vers des actions concrètes : mettre en place cette campagne de sensibilisation des employeurs, réaliser un guide des lieux et des ressources utiles aux parents solos en Maine et Loire, initier des réseaux locaux d’entraide, développer des groupes de parents solos ailleurs dans le département…

Agir sur sa condition parentale. Voilà le défi. Nous sommes au cœur du développement du pouvoir d’agir… des parents.

Pour aller plus loin…

*Médecin, pédopsychiatre de service public, militant pour la défense des droits de l’enfant, responsable associatif d’un centre social de quartier à Paris.

**psychosociologue, spécialiste des questions de protection de l’enfance et des démarches participatives.

En image...

Contact

Réseau Parentalité

02 41 23 75 60

maud.cesbron@centres-sociaux.fr

Voir le site

Et si vous regardiez aussi...

Faire reconnaître et agir sur la condition de parent solo...

35 parents étaient réunis à Beaupréau samedi 28 septembre dernier à l’occasion de la journée...

Voir l'article complet

“Et je choisis de vivre” : un film documentaire sur le deu...

Ce documentaire retrace le voyage initiatique réalisé par Amande, mère ayant perdu récemment son...

Voir l'article complet

Première grossesse : comment bien se préparer ?...

Une émission de Vies de Famille, web série de la Caisse Nationale des Allocations Familiales, sur ...

Voir l'article complet

Manuel de survie pour les parents d’ados qui pètent les plombs...

tre adolescent est une énigme aussi pénible pour soi... que contagieuse pour l’entourage ! Le je...

Voir l'article complet